La Maison Magdalena

Création d’un lieu d’accueil permanent pour les personnes en situation de prostitution !

Une mission d’accueil, d’information et de prévention.

En 2015, 18 000 personnes prostituées en France,

prostitution de désespoir, précarité, exclusion…

Il y a urgence à agir.

Il n’existe pas de lieu d’accueil permanent pour les personnes en situation de prostitution qui souhaitent en sortir. L’Association Magdalena, association d’inspiration chrétienne, a créé un centre d’accueil et d’hébergement : la Maison Magdalena.

Ce projet est soutenu par l’évêque de Meaux.

"Elles le hurlent par un cri silencieux qui m’empêche de dormir sur mes deux oreilles. Elles ont besoin qu’on porte sur elles un regard qui leur révèle qu’elles sont aimables, qu’elles ne seront jamais assez perdues pour ne pas être retrouvées par Dieu. Un regard qui promet qu’on ne les abandonnera pas car il n’y a pas d’amour sans fidélité, sans engagement de compagnonnage dans la durée. Cela, je l’ai compris grâce à mon parcours cabossé."
Père Jean-Philippe

LE CONTEXTE
Les personnes prostituées sont d’abord des personnes en difficulté sociale, qui s’adonnent très souvent à une « prostitution de désespoir ». Elles cumulent tous les indicateurs sociaux de la précarité et de l’exclusion : précarité des revenus, non accès aux droits sociaux, difficultés liées au logement, isolement, problèmes sanitaires…
La société tend à poser sur le sujet de la prostitution un regard indifférent, gêné ou moqueur, empreint d’idées reçues souvent nourries par les médias. Les personnes sont souvent niées, car réduites à leur activité de prostituée, et méprisées en tant que telles.
Pouvoirs publics, associations et acteurs sociaux travaillent dans différentes directions :
• L’action des pouvoirs publics va dans le sens d’une lutte contre la violence faite aux personnes prostituées, via la mise en oeuvre de mesures favorisant la sortie de la prostitution.
• Les associations et acteurs sociaux sont orientés vers l’accueil social, la défense des droits et le traitement médico-social, qui sont surtout du domaine des « moyens ».
Peu d’associations axent leur action sur l’accompagnement de la personne dans le retour vers la responsabilité et l’autonomie.
La Maison Magdalena apporte une nouvelle dimension aux actions existantes par un accompagnement social, humain et spirituel en vue de la réinsertion.

LA RÉPONSE DE L’ASSOCIATION MAGDALENA :
UNE INTUITION ET UN PROJET

Conformément à l’esprit de la communauté Saint-Jean, l’Association Magdalena
n’est pas dans une logique exclusive de générosité, mais dans celle de la rencontre.
De cette dernière pourra naître chez l’autre l’espérance qui pourra être le début d’un
chemin de libération et de reconstruction. Le père Jean-Philippe expérimente ainsi la
puissance de ce regard aimant qui ranime chez l’autre le désir de se libérer et de se
reconstruire.
Ce centre d’accueil et d’hébergement doit être un lieu de passage. Pendant 6 à 18 mois, l’association fera tout pour rendre à chaque résidente sa dignité et son autonomie. Et quand elle aura retrouvé des fondements solides, alors elle devra quitter le centre pour laisser la place aux autres. La réussite sera de rendre à
chacune l’envie de vivre, de se « resocialiser », malgré toutes les cassures et les déchirures subies, c’est de leur montrer que sans amour nous ne pouvons rien.
« La Maison Magdalena » souhaite insuffler un esprit particulier en instaurant un climat familial, condition nécessaire pour se construire ou se reconstruire.

UN PROJET ÉDUCATIF ET PÉDAGOGIQUE
EN VUE DE LA RÉINSERTION
1. L’OBJECTIF

La Maison Magdalena a été créée juridiquement sous la forme d’un fonds de dotation opérationnel, pour proposer à des personnes prostituées un accompagnement dans la durée, au sein d’une maison d’accueil, qui puisse les aider à sortir de la prostitution, à se reconstruire et à se réinsérer dans la société. Et ce à leur demande personnelle.
2. LA MISSION : UN CHEMIN VERS LA RECONSTRUCTION
Elle s’articule autour de trois axes :
• Accueillir : « Viens à la maison ! »
• Former pour réinsérer : « Un jour, tu quitteras la maison ! »
• Ne jamais lâcher la main : « Cette maison sera toujours la tienne ! »
L’objectif de réinsertion sociale et professionnelle grâce à l’acquisition d’une autonomie personnelle se réalise à travers trois étapes :
• Entamer un véritable travail de restructuration personnelle qui commence dès l’accueil,
• Se « refaire une santé » tant physique qu’intérieure,
• Préparer activement sa réinsertion sociale et professionnelle.
Chacune de ces étapes s’articule autour de trois piliers :
• La vie communautaire : lieu de rencontre et d’amitié,
• Le travail : lieu fondamental de la réalisation de soi et de confrontation au réel,
• La vie intérieure : lieu de réflexion, et pour celles qui le désirent, de rencontre spirituelle.
3. LES MOYENS
• UN LIEU

La Maison Magdalena sera accueillie dans les locaux d’un ancien monastère en Seine et Marne. La nature et la taille du lieu permettent de recevoir 7 personnes, et d’organiser un espace communautaire, pour une vie à la fois « familiale » et « personnelle » :
• Une pièce d’accueil, bien séparée du reste : il y a un extérieur et un intérieur. Cette pièce est en quelque sorte un « SAS », qui préserve l’intimité de la communauté,
• Une salle commune, lieu de réunion et de partage (y compris repas), lieu pour les fêtes.
• Des chambres individuelles,
• Un espace de travail : sous forme d’un atelier (une ciergerie que nous allons relancer) et d’un jardin (où nous mettrons en place un potager), où les résidentes pourront exercer une activité régulière, donner un rythme, poser un cadre et des exigences.
• Un oratoire et une chapelle, au cœur du lieu, visible et accessible : c’est l’âme de la maison.
Le lieu comprendra également un espace d’accueil (appartement ou structure hôtelière) pour recevoir les familles, les amis et les bénévoles.

• DES PERSONNES
La Maison Magdalena est animée et gérée par 3
personnes :
• le Père Jean-Philippe, qui assure une continuité de la présence d’un prêtre, en qualité d’aumônier.
• Un directeur qui gère la maison (les aspects matériels, administratifs, juridiques….), et qui pilote le projet pédagogique et le travail des personnes accueillies
• Une « maîtresse de maison », qui accueille, accompagne au quotidien les personnes accueillies, et qui réconforte,
Collaborent également à la vie de la Maison :
• Des intervenants bénévoles : médecin, assistante sociale, psychologue…
• D’autres bénévoles pour aider en fonction des besoins.

• UNE ORGANISATION
Un projet pédagogique est défini pour la Maison Magdalena, en conformité à l’objet social du FDD.
Par ailleurs, les personnes accueillies dans la Maison Magdalena signent un contrat, qui les engage. Ce dernier précise le type d’engagement, les règles de vie communautaire (respect des horaires, démarches, travail à accomplir (au sein de la maison, de l’atelier ou du jardin).
La pédagogie développée en vue de la restructuration, puis de la réinsertion des accueillies, repose sur 3 piliers : la vie communautaire, le travail et la vie intérieure.

L’OUTIL :
CRÉATION D’UN FONDS DE DOTATION

Ce Fonds de dotation a pour objet de combattre l’injustice et la violence dont souffrent les personnes en situation d’exclusion, en soutenant des projets visant à offrir à celles qui le souhaitent un lieu et un temps d’accueil, de reconstruction et de réinsertion. Ce Fonds soutient en particulier le projet de « la Maison Magdalena »
« Notre engagement ne consiste pas exclusivement en des actions ou des programmes de promotion et d’assistance ; ce que l’Esprit suscite n’est pas un débordement d’activisme, mais avant tout une attention à l’autre (…) Cette attention aimante est le début d’une véritable préoccupation pour sa personne, à partir de laquelle je désire chercher effectivement son bien. Cela implique de valoriser le pauvre dans sa bonté propre, avec sa manière d’être, avec sa culture, avec sa façon de vivre sa foi ».
Pape François - La Joie de l’Évangile 199
« N’organisez rien ! Ce sont les pauvres qui vous diront ce dont ils ont besoin »
disait le père Giros, fondateur de l’association « Aux Captifs le Libération  ».

L’ÉQUIPE PROJET
Tous les membres de l’équipe projet sont bénévoles
Jean de VIGNERAL
Gérant et administrateur de sociétés - rôle : Président du Fonds de dotation.
Jean Michel du PEYROUX
Ancien cadre supérieur Crédit Agricole S.A. ; actuellement Président du CA de Simon de Cyrène Vanves, Président de l’association Magdalena ; rôle : piloter et coordonner le projet, en cohérence avec l’association Magdalena 92.
Christian LAROCHE
Architecte DPLG ; rôle : évaluation des travaux, relation avec l’évêché de Meaux sur les aspects immobiliers.
Maurice BOUCHET
Ancien DRH au sein du groupe Pechiney, conseil en ressources humaines, juge au Conseil des Prud’hommes - rôle : RH.
Bénédicte RANCHON
Responsable de la communication du diocèse de Nanterre, et responsable de la communication de l’Association Magdalena, rôle : communication de la Maison Magdalena.
Bernard de CRÉMIERS
Fondateur du réseau « Laforest », immobilier ; rôle : trésorier.
Michel SART
Bénévole à l’association Magdalena 92 ; rôle : relations avec les personnes prostituées.
Caroline TONNELIER
Directeur Administratif et Financier - rôle : secrétaire du bureau.
Et bien sûr, le Père Jean-Philippe Chauveau

- Télécharger le flyer

Contact : communication@maisonmagdalena77.fr

Vous pouvez envoyer vos dons à :
La Maison Magdalena - 44 rue de l’Est - 92100 Boulogne Billancourt

ou donnez directement en ligne sur le site de la Maison Magdalena : www.maisonmagdalena77.fr

Partager cet article

Facebook Google+